Organisation sociale: la réforme de la santé n'est pas solide



We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.

La réforme de la santé prévue par le gouvernement fédéral est critiquée par les organisations sociales comme non solidaire.

(13.07.2010) "Les pierres angulaires d'une réforme des soins de santé présentées par le ministre fédéral de la Santé Philip Rösler le 6 juillet 2010 annoncent un changement de système de l'assurance maladie légale (GKV) auparavant largement solidaire à une couverture d'assurance maladie de plus en plus supportée uniquement par les patients et les assurés." le directeur fédéral de l'association sociale et solidaire des personnes, Dr. Bernd Netherland, mardi à Berlin. L'occasion est un matériel publié par l'association sur son site Web qui analyse les points clés du gouvernement fédéral.

Dans le matériel publié, il est dit: "En particulier en fixant la contribution de l'employeur à 7,3 pour cent et en étendant les cotisations supplémentaires déjà introduites à un" bonus supplémentaire ", le principe de l'égalité de financement est abandonné." La solidarité nationale rejette fermement cette mesure, a souligné le directeur général fédéral, car elle poserait les bases pour les seuls assurés d'avoir à payer à l'avenir les augmentations de coûts dans le domaine de l'AMS en augmentant les cotisations supplémentaires.

"La perception de contributions supplémentaires non liées au revenu représente en fait l'introduction d'un système d'allocation forfaitaire pour la tête", critique l'association dans le journal. Les cotisations supplémentaires alourdissent la charge des salariés à faible et moyen revenu, en particulier les retraités, les chômeurs, les bas salaires, les stagiaires et les étudiants, ainsi que les jeunes familles. Cela conduirait à une réduction réelle du revenu net. La question de savoir comment la compensation sociale doit être fournie aux huit millions de personnes qui perçoivent des prestations de sécurité sociale de base en vertu des lois II (chômage) et XII (vieillesse et capacité de gain réduite) sur la sécurité sociale laisse le gouvernement fédéral largement sans réponse.

Le directeur général fédéral a critiqué le fait que le gouvernement fédéral renonce à des opportunités de revenus qui obligent les groupes à revenus plus élevés à contribuer davantage au financement du système de santé, par ex. B. en augmentant le plafond des cotisations et en incluant l'assurance maladie privée (PKV) dans l'ajustement de la structure des risques. "Pour la solidarité des personnes, il est nécessaire d'utiliser toutes les possibilités avec d'autres associations sociales et syndicats pour empêcher le changement de système qui a été initié", ont souligné les Pays-Bas. "Nous voulons garantir à tous les citoyens un accès égal et sans entrave à des soins de santé de qualité et fiables, quels que soient leur revenu, leur statut social, leur âge, leur état de santé, leur lieu de résidence ou leur handicap." (pm)

Lisez aussi:
Ministre CDU: résistance aux plans de santé
Contributions supplémentaires comme allocation de tête cachée?
Critique sévère des augmentations des primes d'assurance maladie

Image: Rainer Sturm / pixelio.de

Informations sur l'auteur et la source



Vidéo: La Ve République, au Cœur du Pouvoir


Article Précédent

TBE et maladie de Lyme dues aux piqûres de tiques

Article Suivant

Les pharmacies fournissent des informations sur la phytothérapie