Les femmes se plaignent davantage du doute de soi



We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.

Les femmes se plaignent plus du doute que les hommes et, selon les critiques, sont nettement plus déprimées

Les femmes sont plus touchées par le soi-disant doute de soi que les hommes. Cela a abouti à une enquête représentative. Une femme sur trois se sent "déprimée" après les critiques. Une femme sur cinq a déclaré qu'elle pouvait manquer de doute de soi dans n'importe quel domaine. Dans le cas des hommes, seulement un sur sept a déclaré douter d’eux-mêmes.

Les anciens stéréotypes de rôle sont-ils corrects? Les hommes sont-ils vraiment «plus confiants» que les femmes? Les femmes sont toujours en proie au doute et se demandent ce que les autres pensent d'elles. Les hommes, au contraire, disent tout de suite ce qu'ils pensent. Les hommes ne se soucient généralement pas de ce que les autres disent ou pensent d'eux. Bref, ce sont les résultats d'une enquête de la Society for Consumer Research (GfK), qui a été réalisée pour le compte de l '"Apotheken Umschau".

Au cours de l'étude, un total de 1931 personnes de plus de 14 ans ont été interrogées, la proportion d'hommes (937) et de femmes (994) était à peu près la même. En conséquence, les femmes se sont classées significativement «moins bonnes» que les hommes interrogés sur toutes les questions relatives à la confiance en soi et à l'affirmation de leurs propres intérêts. Par exemple, 20,1% des femmes ont déclaré avoir peur d'échouer (hommes 14,4%). 27,1% des femmes ont également déclaré penser à ce que les autres disent de vous. La moyenne pour les hommes était de 22,8 pour cent. Une femme sur trois (33,1 pour cent) se sent clairement déprimée après les critiques (hommes: 23,7). Les femmes sont également beaucoup plus réticentes à exprimer leurs souhaits. Les femmes préfèrent ne pas exprimer leurs besoins par peur du rejet (femmes: 32,1 / hommes: 26,8%).

Mais que signifient réellement ces chiffres? Alors que les hommes ne se soucient guère de leurs semblables, les femmes ont des «antennes plus fines» pour cela. Ils sont moins impitoyables et réfléchissent à leur propre comportement. Les raisons devraient encore résider dans l'éducation. Alors que les filles sont élevées pour être plus réservées, les garçons peuvent souvent se développer plus librement. (sb, 18/09/2010)

Lisez aussi:
Doute de soi: les femmes touchées plus souvent que les hommes

Informations sur l'auteur et la source



Vidéo: Je ne suis pas une priorité pour lui ou elle: 3 techniques pour réagir!


Article Précédent

Campagne nationale: soins sur le terrain

Article Suivant

Thérapie neurale: comment ça marche bientôt?