Réforme de la santé: les pharmacies sont encaissées



We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.

Réforme de la santé: les pharmacies sont encaissées La critique de la réforme de la santé vient de toutes parts. L'Association fédérale des associations de pharmaciens allemands (ABDA) considère la loi de réorganisation du marché pharmaceutique (AMNOG) comme un fardeau disproportionné pour les pharmacies et en fait l'un des sujets centraux de la prochaine journée des pharmaciens allemands à Munich. Cependant, les frontières entre la critique justifiée et le lobbying pur sont parfois très vagues.

Le président de l'ABDA constate une surexploitation dans les pharmacies
Le président de l'ABDA, Heinz-Günter Wolff, a averti que "la conversion des frais de gros (...) n'est pas nécessaire, mais une erreur massive". «Nous sommes encaissés ici» et «C'est injuste et disproportionné. C'est une surexploitation », s'est plaint Wolff des changements prévus. La conversion de la rémunération de gros basée sur l'AMNOG est une épine dans le flanc des pharmaciens. Pour les pharmacies, cela signifie une charge de plus de 500 millions d'euros par an, ce qui est nettement plus que ce que le ministre fédéral de la Santé Philipp Rösler (FDP) a annoncé, a déclaré Wolff. «L'AMNOG plane sur les pharmaciens comme une épée de Damoclès. Cela menace de bouleverser l'ensemble de l'offre de médicaments », a ajouté le président de l'ABDA dans un récent communiqué de presse.

Le ministère fédéral de la Santé a mal calculé
Une des principales accusations adressées au ministère fédéral de la Santé est que les calculs étaient incorrects. «Les législateurs doivent de toute urgence faire les calculs. Sinon, les fardeaux vont augmenter de manière incommensurable », car au lieu des 175 millions d'euros visés, 630 millions d'euros seraient générés en économies aux dépens des pharmacies, a expliqué Wolff. Selon ses calculs, cela se traduirait par un moins de 23 000 euros par pharmacie chaque année. Ce serait la fin des soins à l'échelle nationale à proximité de chez eux en Allemagne, a souligné le président de l'ABDA.

Une couverture complète près de chez vous est souhaitée
Karl-Heinz Resch, directeur général de l'ABDA pour les affaires économiques et sociales, a également averti que la réforme envisagée mettrait en danger la pharmacie. Cependant, une réduction des prestations n'est pas acceptable pour les consommateurs, comme le montre une récente enquête Forsa auprès de 1 000 citoyens, a expliqué Resch. Selon cela, neuf répondants sur dix ont jugé le service d'urgence et le service de messagerie particulièrement importants et 87% ne voulaient pas se passer d'une couverture complète. Les répondants étaient tout aussi importants pour l'information des patients - 84% l'ont jugée particulièrement importante - et la protection contre la contrefaçon (82%). Le gouvernement doit dire à quel moment les pharmacies doivent épargner des services pour compenser le déficit imminent, a expliqué Heinz-Günter Wolff. Le fait que le salaire des pharmaciens ne soit pas ici à prendre en compte découle des déclarations de Wolff, selon lesquelles les rabais dits fonctionnels avaient longtemps été pris en compte lors de la modification des frais de pharmacie et si les frais de gros avaient déjà été modifiés à ce moment-là, les honoraires du pharmacien auraient été augmentés en conséquence. serait. En conclusion, le président de l'ABDA appelle les partis gouvernementaux à offrir aux pharmacies des conditions-cadres fiables et équitables afin qu'elles puissent maintenir leurs services complets dans le domaine de l'approvisionnement pharmaceutique. Les propositions pour le développement ultérieur des soins de santé qui ont été soumises par l'ABDA et l'Association des médecins légaux de l'assurance maladie devraient enfin être prises en compte, a exigé Wolff - puis soudain, le lobbying et non le bien-être des patients a semblé revenir en premier à court terme. (fp du 06.10.2010)

Informations sur l'auteur et la source



Vidéo: Filière Pharmacie: On répond à vos questions!


Article Précédent

Campagne nationale: soins sur le terrain

Article Suivant

Thérapie neurale: comment ça marche bientôt?