Carte santé électronique: photo bientôt obligatoire



We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.

Nouvelle carte e-santé: une photo est obligatoire et constitutionnelle

Juste à temps pour le début de l'année, tous les assureurs maladie doivent présenter la nouvelle carte santé électronique au médecin s'ils souhaitent être traités. À compter du 1er janvier 2014, toutes les cartes santé émises par les assureurs maladie depuis 1995 ne seront plus valables.

Cependant, l'Association nationale des médecins légaux d'assurance maladie (KBV) n'est pas d'accord avec cette affirmation. "Ce n'est pas le cas que l'ancienne carte ne puisse plus être utilisée après le 1er janvier 2014", a déclaré le porte-parole de KBV, Roland Stahl. Cela a été répété une fois de plus par l'Association nationale des caisses légales d'assurance maladie. "Les médecins peuvent travailler avec l'ancienne carte jusqu'au 1er octobre 2014 et facturer également", a déclaré un porte-parole. Les patients peuvent également soumettre un certificat d'assurance valide dans les dix jours suivant le traitement en cas de problème dans l'un ou l'autre cabinet médical. .

À l'heure actuelle, 95% des assurés possèdent déjà la nouvelle carte santé électronique. Cependant, tous les autres devraient s'efforcer de soumettre une photo à leur assureur maladie d'ici la fin de l'année pour éviter tout retard. Jusqu'à présent, la nouvelle carte a fourni des informations sur le nom, l'adresse et le sexe. La photo a pour but de mieux identifier le propriétaire. Bien entendu, tout n'est que dans l'intérêt de l'assuré.

Une plainte d'un homme contre l'introduction de la soi-disant nouvelle eGK a déjà été rejetée par le tribunal social de Berlin. Sans l'envoi de données personnelles et d'une photo, la compagnie d'assurance maladie ne pourrait pas émettre sa carte et il n'y aurait aucune obligation pour les professionnels de la santé de recevoir un traitement médical sans cette carte. "L'ingérence associée au droit à l'autodétermination informationnelle, le plaignant doit l'accepter", a-t-il déclaré dans la justification du tribunal.

L'introduction de 2006, annoncée par la ministre de la Santé de l'époque, Ulla Schmidt, a suscité de vives critiques non seulement de la part des médecins. Les opposants ont fait valoir que l'introduction ferait un autre pas en avant pour devenir un «citoyen transparent» et que les directives en matière de protection des données seraient annulées. Pendant des années, il y a eu un désaccord sur les normes techniques et organisationnelles. Les patients concernés n'ont pas à craindre de violer leurs droits à la protection des données suite à l'utilisation de la nouvelle carte. Selon la loi, une extension de l'utilisation technique des nouvelles cartes ne devrait être autorisée qu'avec le consentement approprié de l'assuré, ont déclaré les juges. (en)

Informations sur l'auteur et la source



Vidéo: ATTENTION À LA LA PUCE RFID


Article Précédent

Programme annuel d'homéopathie pour les médecins en 2013

Article Suivant

Test: de nombreux germes dans les salades